DOSSIER : Gens du voyage

Lettre à Mme. TALLET (11/12/97)

Date du document : 11 Décembre 1997

Madame Maud TALLET
CONSEILLER GENERAL
Maire,
Hôtel de ville
77420 CHAMPS SUR MARNE

N/REF. AK/CM/97167

Emerainville, le 11 décembre 1997

Madame le Maire,

Par courrier du 1er octobre dernier, j'ai attiré votre attention sur les nuisances occasionnées aux habitants de Malnoue par les occupants du camp sauvage de gens du voyage situé sur votre commune.

Le 9 octobre, j'ai reçu le double du courrier que vous avez adressé au Président du SAN l'informant de ma démarche et lui demandant d'organiser une réunion à ce sujet. (Je tiens à vous signaler d'ailleurs que votre courrier indiquait que je demandais la suppression d'un terrain "provisoire"(?) situé sur ma commune je ne voudrais pas y voir un lapsus révélateur).

Malgré tout, depuis plus de deux mois, aucune suite n'a été donnée à ma demande.

Je conçois mal d'ailleurs en quoi le Président du SAN pourrait intervenir sur l'implantation d'un camp sauvage.

Je considère quant à moi que ce camp est de votre responsabilité de Maire de la commune concernée.

La situation m'inquiète d'autant plus que plusieurs aménagements du site semblent avoir été réalisés, ce qui laisse entrevoir une installation durable des nomades qui y séjournent.

Je vous remercie de bien vouloir m'indiquer par retour les dispositions que vous comptez prendre pour résoudre cet épineux problème, car je ne peux me satisfaire de vos récentes déclarations dans la presse selon lesquelles, tout en reconnaissant l'illégalité du camp, vous n'envisagez de prendre aucune mesure sauf si « les dysfonctionnements dont se plaignent les Malnoléens sont prouvés ».

Je sais qu'en période pré-électorale toutes les promesses sont possibles et qu'il est indispensable de flatter l'électorat émerainvillois, mais ceux-ci ne s'y trompent pas car ces "dysfonctionnements": vols, racket, intrusions dans les locaux communaux et privés, nuisances sonores, tapages nocturnes, intimidations, etc... ont de nombreuses fois été constatés. Quelle preuve voulez-vous de plus ?

Dans l'attente de vous lire à ce sujet,

Je vous prie de croire, Madame le Maire, en l'expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KEL YOR

Copies :

M. le Sous-Préfet
M. RICART président du SAN
M. MERCHAT commissaire de police de Noisiel