DOSSIER : Sécurité

Lettre à M. HEUCLIN (21/03/05)

Date du document : 21 Mars 2005

Monsieur Jacques HEUCLIN
Maire,
Hôtel de ville

77340 PONTAULT COMBAULT

N/REF. AK/CM
Emerainville, le 21 mars 2005

Monsieur le Maire,

Sans vouloir entrer dans une polémique stérile, votre lettre du 09 Mars 2005 appelle cependant de ma part les remarques suivantes :

1°) Je prends soin lors de toutes mes correspondances de ne pas faire de faute dans les noms propres de mes interlocuteurs. Il me semble que la politesse l’exige.

Je m’appelle KELYOR et non pas KEYLOR

2°) Votre dénonciation de la violence que certains jeunes d’Emerainville exerceraient dans votre ville est puérile, et très partiale.

Je possède moi aussi des coupures de presse sur la délinquance de Pontault-Combault (sur des incursions armées à Emerainville, les incendies à l’OCIL, les pneus crevés dans toute une rue, les braqueurs du camion de la Brink’s, un maître chanteur récemment condamné, etc etc)…

3°) Vous nous intimez l’ordre « de traiter chez nous socialement ces populations déshéritées ». Je vous trouve bien présomptueux d’ordonner …… et bien ignorant de ce qui se fait à Emerainville, car nous avons multiplié les aides en direction de ces jeunes, comme l’ont fait nos prédécesseurs,

4°) Vous êtes excédé, (périodiquement semble-t-il), de la délinquance qui sévit dans nos deux communes, mais cette délinquance ne date pas d’hier. Elle s’est développée dans les années 1980 et elle est due pour une grande part à l’angélisme de vos amis politiques de gauche, qui n’ont pas fait respecter les lois existantes (notamment sur la polygamie) et qui ont laissé se délabrer notre police et notre système judiciaire par manque de crédit.
Comme vous avez été député socialiste et donc co-responsable de ces destructions, je vous saurais gré d’en assumer les conséquences.

5°) L’histoire récente ne vous ayant rien appris, vous ne donnez pas à votre police municipale vocation à assurer l’ordre et vous la cantonnez à des opérations de respect des règles de circulation et de stationnement.
J’ai pu en effet constater, me rendant fréquemment dans votre ville, que si la sécurité n’est pas un atout majeur de Pontault-Combault, la police municipale est très efficace pour verbaliser vos administrés qui osent stationner irrégulièrement

A, Emerainville, notre service de police n’a pas les mêmes objectifs, et s’il est amené à verbaliser pour le non respect des règles élémentaires de circulation, sa vocation première n’est pas de faire rentrer de l’argent dans les caisses de la commune, et de verbaliser sans cesse l’automobiliste, véritable vache à lait de notre fiscalité, mais d’assurer en collaboration avec la police nationale, la sécurité des biens et des personnes.

Bien sur, cela implique pour le Maire et l’équipe dirigeante, un certain courage politique et une prise de risque quant à la responsabilité du déroulement des opérations mais notre commune voit chaque année régresser sa délinquance interne, dans des proportions supérieures à celle de toutes les autres communes limitrophes, alors que, je vous le rappelle, nous n’avons pas la chance d’avoir un commissariat sur place.

Bien sur, je n’ai pas la naiveté de croire que les délinquants se sont subitement amendés, mais .en raison de la présence dissuasive de la police municipale d’Emerainville, et du travail important de la police nationale sur notre commune, ils ont simplement changé de territoire pour commettre leurs méfaits.


En conclusion, je constate qu’il n’y a rien de nouveau dans l’attitude des hommes politiques de gauche, qu’ils soient Maires, Députés, (et vous fûtes les deux), Sénateurs, Ministres…….
Au pouvoir, ils n’ont jamais rien fait pour la sécurité, (à l’exception des discours) empêtrés qu’ils sont dans leur idéologie vieille de plus d’un siècle.

Je reste cependant, mais sans trop y croire, à votre disposition pour aborder avec vous l’ensemble du problème sécuritaire de nos deux communes, examiner les collaborations possibles de nos Polices Municipales, demander au Préfet de Seine et Marne un rendez vous commun pour débattre d’un éventuel rapprochement entre nos deux commissariats, enfin pour toute démarche qui permettra non pas des déclarations fracassantes sans aucun effet, mais une avancée bénéfique à nos deux villes

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KELYOR