DOSSIER : Sécurité

Lettre à M. RICART (30/07/03)

Date du document : 30 Juillet 2003

Monsieur Michel RICART
Président du SAN DU VAL MAUBEE

77200 TORCY
N/REF. AK/CM

Emerainville, le 30 juillet 2003


Monsieur le Président,

J’ai bien reçu votre courrier du 22 courant ainsi que toutes les coupures de presse communale, intercommunale ou nationale dans lesquelles la sécurité du Val Maubuée ou de votre commune est évoquée et je vous en remercie.

Je me permets toutefois de vous faire remarquer que mon courrier stipulait que j’étais un lecteur assidu de votre « Lettre du Maire » et de la « Lettre du SAN » sous votre présidence.

C’est donc sur ces deux parutions uniquement que j’ai pris connaissance de votre réponse.
- sur les Lettres du SAN
aucune n’étant jointe à votre courrier, j’en conclue que le SAN n’a jamais communiqué sur le sujet
- sur les « Lettres du Maire » de Lognes
J’ai pu effectivement relever que, sur 10 « Lettres du Maire » traitant de la sécurité, 3 seulement avaient été rédigées sous un gouvernement de gauche et m’avaient échappé.
. lettre n° 52 d’avril 98 : « soyez surs que je suivrai avec attention ce dossier –il s’agissait du contrat de sécurité-…………. je ferai tout pour renforcer les effectifs actuels et vous assurer ainsi la sécurité à laquelle vous aspirez légitimement »
. lettre n° 59 de février 99 : (sous un gouvernement de gauche) elle concerne la gendarmerie de Lagny et vous y indiquez que cette mesure n’est plus d’actualité, mais je n’y ai relevé nulle part de demande d’effectifs supplémentaires
. lettre n° 60 d’avril 99 : vous vous y félicitez que le gouvernement (de gauche) ait permis d’enregistrer la venue de 10 policiers à Noisiel. Votre lettre ne contient aucune revendication.

Ces trois lettres ne me semblent donc pas être le reflet d’une demande ferme de renforts de police, vous en conviendrez.

Par contre, votre envoi m’a confirmé que jamais, pendant le mandat de Monsieur VACHEZ, nous n’avez imaginé qu’il avait les pouvoirs (ou les compétences) dont vous gratifiez Madame BRUNEL.

Je le note et vous en remercie au nom de l’UMP.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KELYOR

PS : Bien évidemment, nous ne manquerons pas de publier le « droit de réponse » auquel vous semblez tenir dans l’un des prochains bulletins municipaux.