DOSSIER : Presse

Lettre au Parisien (05/05/08)

Date du document : 05 Mai 2008

LE PARISIEN
Monsieur CORDILLOT
53, rue de la crèche
77100 MEAUX

N/REF AK/CM

Emerainville, le 5 mai 2008

Monsieur,

Encore une fois, avec grande surprise, je prends connaissance de votre article sur Emerainville intitulé « fichiers ethniques ».

Je suis toujours très étonné de la différence entre la teneur de vos parutions et votre discours lorsque nous nous rencontrons sur le même sujet.

Permettez moi donc une analyse de vos dernières élucubrations :

« fichiers ethniques » : où êtes vous allé chercher ce titre ? La CNIL, qui, comme vous le soulignez, a passé la journée en mairie n’a jamais évoqué ce sujet.

« le monospace de la CNIL n’est pas passé inaperçu » à part vous, qui passiez sans doute par hasard même si je n’ai jamais constaté que vous fréquentiez assidûment les rues d’Emerainville, ce véhicule n’a déplacé personne.

« ils ont passé la mairie au peigne fin » : qu’en savez-vous puisque vous n’êtes pas entré ? Ils ont simplement analysé la sécurité de la sauvegarde du système informatique, le contenu des ordinateurs et la vidéo surveillance du bâtiment.

Je vous prierai également de cesser de me faire tenir un discours d’irresponsable. Je n’ai jamais tenté de « faire oublier que c’était la 2ème visite de la CNIL » mais j’ai compris, comme cela m’a été confirmé, qu’il s’agissait de la suite de leur contrôle à la PM.

Je ne compte malheureusement pas que cette mise au point figure dans votre journal. Vous passerez sans doute les résultats de l’enquête dans une ligne en dernière page, à l’instar de votre information lorsque SOS racisme a été débouté de la plainte déposée contre moi.