DOSSIER : Presse

Lettre au Parisien (15/12/05)

Date du document : 15 Décembre 2005

Madame Julie CLORIS Le Parisien
53, rue de la crèche

77100 MEAUX

Emerainville, le 15 décembre 2005

Madame,

J'ai lu avec attention votre article paru dans le Parisien du 14 Décembre 2005 sous le titre
« Emerainville La police nationale s'inquiète du surarmement de la municipale »

Tout d'abord, je ne pense pas que Monsieur Francis Masanet secrétaire général adjoint du Syndicat National des policiers en tenue, votre interlocuteur, représente à lui seul la totalité de la police Nationale

Par contre, il est Sème Maire adjoint socialiste de LOGNES, et a sans doute confondu syndicalisme et politique, et a profité de votre tribune pour régler ses comptes avec les élus d'Emerainville

Les arguments qu'il invoque sont pour le moins « étranges »

Il s'interroge sur l'utilisation que la PM d'Emerainville peut faire des Taser ?
Que peut faire un policier d'une arme ? Il doit le savoir si il aune réelle pratique du terrain

Pour 2006 le Ministre de l'intérieur en a acheté un millier pour l'ensemble de la police nationale. Ce manque de moyens financiers constitue sans doute pour le Maire adjoint de LOGNES la preuve formelle qu'il ne faut pas mettre le TASER entre toutes les mains surtout celles des Policiers Municipaux et en particulier ceux d'Emerainville

Le raisonnement me semble très spécial et pour tout dire ridicule. Si l'on suit son raisonnement, comme l'Etat ne peut fournir à chaque fonctionnaire un ordinateur portable c'est donc que cet appareil ne doit pas être mis entre toutes les mains ?

Si l'Unsa craint le « surarmement des policiers municipaux d'Emerainville, c'est pour éviter d'aggraver les tensions et le climat de méfiance entre policiers et habitants du clos, suite aux coups de feu tirés sur une patrouille de la bac.

Là encore, je constate que le discours politique a pris le pas sur le discours syndicaliste de l'élu de gauche puisque nous retrouvons les litanies du parti socialiste les délinquants ne sont pas les responsables mais les victimes des affreux policiers qui les « dérangent, les narguent » et qui devraient les affronter à mains nues quitte à porter plainte après leur mort Surprenant pour un collègue, qui plus est syndicaliste sensé les défendre !
Dans le cas d'espèce, pour respecter « la logique » de l'élu municipal de Lognes, il faudrait que les coups de feu ayant été tirés sur des agents de la police nationale, les hommes de la BAC, soient immédiatement désarmés pour éviter de « choquer » les délinquants
Je ne suis pas certain que ce raisonnement ridicule soit du goût des policiers municipaux et nationaux, ni même du syndicat que Monsieur Masanet devrait représenter dans cette affaire
Je vous joins pour preuve, un communiqué de presse diffusé par UNSA Police et SNPT (syndicat de Monsieur Masanet) du 26 Septembre 2005 dans lequel vous pourrez lire :
« 1°) UNSA police et le SNPT approuvent la venue du raser dans les services de la Police Nationale.
2°) Cette arme sera un plus pour les équipes de police pour maîtriser si nécessaire n'importe quel individu, en préservant la sécurités des fonctionnaires de police mais aussi celles des individus interpellés »
Pour quelle raison ce progrès technique ne pourrait-il pas profiter aux polices municipales et notamment à celle d'Emerainville ?
Monsieur MASANET fait mention d'une formation (( accélérée » des policiers municipaux ( ?)
Une formation de près d'un an, des stages obligatoires dans 4 administrations différentes (gendarmerie nationale, pénitentiaire, police nationale, douanes, ministère public, services sociaux, etc) n'offre-t-elle pas, au contraire, une vision sécuritaire approfondie ?
Au fait, Monsieur l'élu de gauche sait-il que nos policiers, avant d'être équipés de Taser, détenaient le plus légalement du monde des Beretta, et bénéficiaient de 6 séances de tir par an ?
Les policiers municipaux sont-ils plus dangereux avec des armes non létales ou avec des 9 mm ?
Pour conclure, je pense donc que le titre de votre article « La police nationale s'inquiète du surarmement de la municipale » ne reflète pas la réalité
En effet, la police nationale ne s'inquiète nullement si j'en crois les réactions d'approbation que j'ai reçues de cette administration.
Il semblerait que seul un élu municipal socialiste de Lognes s'inquiète! En outre, ses réactions qui pourraient vouloir relancer une « guerre des polices » sont bien mal venues à un moment où la collaboration entre les policiers municipaux d'Emerainville et le commissariat de Noisiel est exemplaire et saluée par tous
J'espère que ces éléments vous permettront de constater qu'il eut été souhaitable de vous rapprocher des « deux parties » comme le font vos collègues journalistes avant de faire publier des informations non vérifiées par vos soins et contradictoires avec l'article paru dans votre quotidien du 15 novembre dernier
Vous souhaitant bonne réception de la présente,
Je vous prie de croire, Madame, en l'expression de mes sentiments distingués

 

Le Maire,
Alain KELYOR