DOSSIER : Les lettres à l'opposition

Lettre à M. DAURIAC (13/11/07)

Date du document : 13 Novembre 2007

Monsieur Jean-Francis DAURIAC
Conseiller Municipal

Emerainville, le 13 novembre 2007

Monsieur le Conseiller Municipal,

Plusieurs employés municipaux me transmettent un double d’un courrier (n°1) et (n°2) (voir les courriers ci-dessous) qu’ils vous ont adressé à titre personnel, après qu’ils se soient sentis humiliés par les propos repris sur votre blog politique, mettant en cause leurs compétences professionnelles.

Ils m’indiquent que non seulement ils n’ont  jamais reçu de réponse de votre part, mais qu’en plus, leur intervention sur le site concerné a été censurée.

Aujourd’hui, ils me demandent, en ma qualité d’employeur et de mon devoir de protection à leur égard, d’intervenir auprès de vous pour obtenir satisfaction.

Je pense qu’il est inutile de donner une ampleur plus importante à ce malheureux incident et je suis persuadé que vous aurez à cœur de faire en sorte que ces fonctionnaires soient lavés de toute suspicion d’incapacité professionnelle injustifiée.

Dans l’attente de vous lire à ce sujet,

Veuillez agréer, Monsieur le Conseiller Municipal, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire

Alain KELYOR

 


Lettre de Mme Beaudry à M.Dauriac (n°1)

 

Emerainville le 16 Septembre 2007

Monsieur,

J'ai écouté sur votre Blog « Emerainville tranquille », votre interview sur Vallée FM. J'ai été très surprise du mépris dans lequel vous tenez les fonctionnaires d'Etat et les fonctionnaires territoriaux dont je fais partie

J'ai été offusquée notamment par vos propos mettant en cause notre exercice du droit de réserve, notre obligation de confidentialité et nos compétences professionnelles.

Mais qui êtes vous pour vous permettre de nous juger ?

Je suis titulaire d'une licence de AES (administration économie et social). J'ai une expérience de plus de plus de 20 ans dans le secteur social. A la demande de la Mairie je suis restée « immergée » au coeur du quartier du bois d'Emery pendant 3 ans.

J'ai écouté ces hommes et ces femmes, j'ai tenté, (avec de bons résultats), d'améliorer leur condition, je les ai soutenus et je pense les connaître mieux que quiconque à Emerainville et surtout de vous qui affirmez que les trois familles invitées étaient au complet, alors qu'elles étaient représentées chacune par deux de leurs membres (le père et l'enfant concerné)

Vous semblez ignorer la composition moyenne d'une famille africaine !!!

Je ne leur ai pas fait de promesse que je ne pouvais tenir et je suis restée avec eux, s'en « m'enfuir en douce à la moindre difficulté » (les habitants du clos gardent encore en mémoire une fête de la musique dans laquelle vous étiez partie prenante et où, devant l'intervention de la police nationale vous avez disparu)

Pour ce qui est de la réunion du Conseil des droits et devoirs des familles du 27 juin 2007 j'ai la conviction que vous ignoriez absolument le rôle et les missions de cette instance et que vous, vous y êtes rendu plus pour critiquer son fonctionnement que pour y apporter vos connaissances, votre réflexion et votre contribution à ce travail très délicat de prévention.

Libre à vous de tenter toute les opérations politiques que vous désirez mais sans dénigrer les fonctionnaires qui sur demande de leur hiérarchie font leur travail dans le cadre d'une neutralité obligatoire, pour le bien de la commune.

Mon cursus professionnel, mes états de services, m'ont fait vivre des expériences ou la confidentialité, l'intégrité, J'altruisme, et le professionnalisme sont de rigueur et je n'ai pas de leçon ni de critique à recevoir, sur ces points, de quiconque.

Je vous saurai gré de bien vouloir insérer sur votre blog, « Emerainville tranquille » cette mise au point.
Chantal BEAUDRY

 

Lettre de M. Patrick ORIA à M.Dauriac (n°2)

M. Patrick ORIA
14-16 rue de l' Orangerie
77 184 EMERAINVILLE

Emerainville le 4 septembre 2007

Monsieur le Conseiller Municipal,

J'ai entendu l'interview que M. le Maire et vous-même avaient donnée à Vallée FM à propos du Conseil de droits et des devoirs des Familles.

Participant à ce Conseil, je me suis senti atteint par certains propos que vous avez tenus.
Propos qui mettaient en avant dans un premier temps le manque de compétence et les qualifications des personnes présentes. Dans un second temps l'obligation de réserve, et le suivi derrière ce Conseil.

Mangue de compétence : je me demande de quel droit vous vous permettez de mettre en avant mon manque de compétence dans la mesure où nous ne nous connaissons pas. Si vous souhaitez mieux me connaître, et donc juger mon niveau de compétence, je suis prêt à vous rencontrer.

Qualifications: quelles sont pour vous les qualifications pour être à l’écoute de jeunes qui recherchent un emploi, ou une remise à jour de leurs connaissances scolaires. L’expérience terrain n’est-elle pas la meilleure des qualifications ?

Obligation de réserve: j’ai, par le passé, exercé des fonctions qui m’ ont amené à connaître un certain nombre de détails, de dossiers et de décisions beaucoup plus graves et importants que ceux que nous avons eu à traiter à l'occasion de ce Conseil.
Jusqu'à preuve du contraire aucun de mes responsables, de l'époque, n'a remis en cause mon devoir d'obligation de réserve.
Je ne vous permets pas de mettre en doute ce droit et ce devoir.

Suivi après le Conseil: je vous informe qu'en liaison avec Mme BEAUDRY, responsable du CCAS, nous avons recherché une étudiante afin de mettre en place un atelier de remise à niveau en français. La jeune fille recrutée est une étudiante en FLE (Français Langue Etrangère).
Cette activité a débuté le 7 août pour se terminer le 14 septembre pour cette première phase.
Les 2 jeunes auront passé environ 9h par semaine.

Comme la loi le prévoit et ayant été atteint par vos propos,  j’exerce un droit de réponse. Je vous demanderais de bien vouloir faire paraître sur votre blog ce courrier.

En vous remerciant d'avance, et en attendant de vous rencontrer, veuillez agréer, Monsieur le Conseiller Municipal, mes salutations distinguées.