DOSSIER : Les lettres à l'opposition

Lettre à M. DAURIAC (28/06/07)

Date du document : 28 Juin 2007

Monsieur Jean-Francis DAURIAC
Conseiller Municipal
Mairie d'Emerainville
77184 EMERAINVILLE

Emerainville, le 28 juin 2007

Monsieur le Conseiller Municipal,

J’ai été particulièrement surpris par votre agressivité et vos propos en tout début de séance, lors de la première réunion du Conseil pour les Droits et Devoirs des Familles.

En effet, vous avez regretté en termes assez vifs, l’absence de documentation sur
- l’organisation
- les compétences de cette instance,

déclarant que vous « ne saviez pas ce que faisions là » !

Permettez-moi de vous rappeler que vous avez voté « pour » la création de ce Conseil pour les Droits et les Devoirs des Familles lors de la séance du Conseil Municipal du 4 juin dernier, et que cette décision a été acceptée à l’unanimité.

Lors de ce même conseil municipal, vous avez proposé votre candidature pour en être membre titulaire, et vous avez été élu.

C’est donc avec inquiétude que j’ai pris note de vos interrogations sur les raisons de votre présence parmi nous hier soir.

Comme il semble que vous n’ayez pas pris la mesure de votre engagement et que vous vous soyez fait élire sans connaître le rôle du Conseil, je vous prie de trouver ci-joint le texte de la loi du 5 mars 2007 et je me tiens à votre disposition pour vous en faire un résumé si la tâche vous parait ardue.

Je vous rappelle qu’Emerainville est la 4ème commune en France à créer ce Conseil des Droits et Devoirs des Familles, et que nous sommes la 1ère ville à le réunir.

Je vous rappelle également que la loi du 5 mars 2007 prévoit que les membres de ce Conseil sont désignés par le Maire, et que dans un souci de respect de la démocratie, j’ai souhaité y associer l’opposition municipale et que le choix soit effectué en Conseil Municipal.

Cette instance qui a pour objet d’aider les familles qui rencontrent des problèmes avec leurs enfants, n’est pas une tribune politique et j’ai été particulièrement choqué, non seulement par votre discours en début de séance, mais ensuite par votre mutisme qui révèle une fois encore, soit votre refus de participer aux affaires de la commune, soit une méconnaissance totale des dossiers abordés.

Je me félicite toutefois que pour les autres intervenants, cette première réunion ait été considérée comme un succès.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Conseiller Municipal, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,
Alain KELYOR