DOSSIER : Pharmacie

Lettre à l'Agence Régionale de Santé

Date du document : 26 Octobre 2012

AGENCE REGIONALE DE SANTE

49/51 avenue Thiers

77011 MELUN CEDEX

 

A l'attention de Monsieur Eric VECHARD

Emerainville, le 26 octobre 2011

Messieurs,

J'ai bien reçu votre courrier du 10 octobre (parvenu en mairie le 20) qui a retenu toute mon attention et qui attire de ma part les remarques suivantes .

1) Je vous remercie d'avoir exhumé la "réponse qui avait été préparée à l'époque " (Janvier 2010) et d'avoir consenti à m'en donner connaissance presque 2 ans après.

Je vous signale toutefois que mon premier courrier (qui n'a jamais reçu de réponse) date du 28 septembre 2008.

A cette époque, la pharmacie de Malnoue était déjà fermée et nous savions depuis trés longtemps que Monsieur OUEDRAOGO ne serait plus en mesure d'exercer puisqu'il était condamné et incarcéré depuis plusieurs mois. Je suis donc particulièrement surpris que vous n'ayez eu connaissance de la situation que le 26 aout 2008 ?

2) Comme je l'indiquais dans mon premier courrier, la population d'Emerainville n'atteindra jamais 9 500 habitants, l'urbanisation de la commune étant achevée Les termes de votre courriers condamnent donc le hameau de Malnoue et ses 4 000 habitants à n'avoir plus jamais de pharmacie

3) vous m'indiquez que la seule solution serait le transfert de l'une des deux officines du bourg vers le hameau. Je vous remercie des négociations que vous pourrez mener avec Madame LAILLE et Monsieur LAMAISON à ce sujet, mais je suis très septique sur leur aboutissement

4) Pour répondre à vos conseils pour rejoindre la pharmacie la plus proche, vous m'indiquez que les habitants de Malnoue, s'ils sont malades (ce qui est majoritairement le cas des personnes qui cherchent à se procurer des médicaments), devront :

- faire 800 m à pied pour certains afin de se rendre à l'arrêt du 312
- attendre 30 minutes son passage (s'il n'y a pas d'embouteillages)
- atteindre une pharmacie à Champs sur Marne
- après s'être fait délivrer leurs remèdes, attendre à nouveau 30 minutes le 312 du retour à l'arrivée, faire 800 m à pied pour rejoindre leur domicile

Je doute que les spécialistes de la santé que vous êtes, considèrent que n'importe qui, âgé de 80 ans, ou avec 40°c de fièvre, (peut-être avec un enfant malade dans les bras, pourquoi pas ?) peut sans complication se livrer à ce petit jeu de piste.

Je crois plus sérieusement qu'une étude sur site, pour juger des difficultés rencontrées par les Malnoléens serait préférable à des arguments tirés d'un plan d'autobus ou d'un plan de ville

C'est pourquoi, même si j'ai pris bonne note de votre rappel de la réglementation, je réitère ma demande afin qu'une mesure dérogatoire soit appliquée en faveur des 4 000 habitants de Malnoue.

Veuillez agréer, Messieurs, l'expression de mes sentiments distingués.

Le Maire

Alain KELYOR

 

Copie.

Monsieur le Préfet de Seine-et-Marne

Monsieur le Président de l'Ordre des pharmaciens.