DOSSIER : Presse

Lettre à M.PFLIMLIN, Président de France Télévision

Date du document : 07 Octobre 2011

Monsieur Rémy PFLIMLIN
Président France Télévision
7, esplanade Henri de France
75015 PARIS

Emerainville, le 7 octobre 2011

Monsieur le Président,

J'ai été particulièrement choqué par la présentation de la ville dont j'ai l'honneur d'être élu (au journal de 20 h du 5 octobre sur F2),

En effet, Emerainville y est décrite comme

-  une ville UMP. Permettez-moi de m'interroger sur ce « diagnostic ". La liste que je mène est une liste d'intérêt communal. Seuls 3 élus sur 22 sont adhérents à l'UMP et certains sont mêmes de gauche

-  une ville où. selon votre journaliste. « il est difficile d'être socialiste ». Il semblerait que son appréciation repose, entre autres, sur le refus de répondre d'un employé communal à qui on demandait s'il irait voter pour les primaires socialistes. Je vous rappelle que les employés      municipaux (à Emerainville comme partout en France et en Navarre) sont tenus au devoir de    réserve et de discrétion, notamment concernant leurs opinions politiques et religieuses.

Peut être aussi a-t-elle été influencée par le refus d'un policier municipal, en tenue et en service à qui elle a osé poser la même question !

Quant aux associations qui ne voudraient pas se prononcer en raison des subventions que leur     accorde la mairie et de leur peur de les perdre, c'est tout simplement grotesque et nombreux ont   été les présidents d'associations qui se sont manifestés ce matin pour m'apporter leur soutien.

une des rares villes « anti démocratique »

Lorsque les chiffres officiels indiquent qu'il y aura 10000 bureaux de vote en France  (sur 36000 communes), qu'en Seine et Marne, seuls 150 bureaux de vote ont été installés (sur 574 communes), il apparaît nettement que la majorité des maires de France (et cela ne se limite certainement pas aux seuls maires de droite) ont eu la même approche que la mienne.

En réalité, les villes qui ont accepté d'organiser ces élections aux frais du contribuable sont donc marginales

D'autre part, permettez-moi de m'étonner que vos journalistes (visiblement très inexpérimentés) soient passés « par hasard » au moment où Monsieur IMPELLIZZIERI (qui habite dans le Val de Marne à plusieurs dizaines de km) traversait la rue. Il est évident que cette coïncidence ne trompe personne et que la moindre des corrections eut voulu que l'on me prévienne qu'un rendez-vous serait sollicité en mairie.

Je m'étonne que les dirigeants d'une chaîne publique puissent cautionner de telles mises en scène, de tels mensonges, pour promouvoir la candidature d'un élu socialiste parachuté en vue des prochaines municipales.

Quoi qu'il en soit, et fort heureusement, les émerainvillois qui m'ont déjà renouvelé 3 fois leur confiance savent ce qu'ils font.

Compte tenu des témoignages qui n'ont pas manqué de se manifester ce matin et hier soir, je suis désolé de vous informer qu'il semble bien que le but recherché ait été à l'inverse des effets enregistrés.

Salutations.

Le Maire

Alain KELYOR