DOSSIER : Les lettres à l'opposition

Lettre à M. DAURIAC (07/03/06 - 2)

Date du document : 07 Mars 2006

Monsieur Jean Francis DAURIAC
Conseiller Municipal
Mairie d'Emerainville
77184 EMERAINVILLE

Emerainville, le 7 mars 2006

Monsieur,

Afin de ne pas lasser les Emerainvillois qui ne supportent plus de trouver dans leur boîte à lettres des tracts politiques qu’ils ne lisent plus depuis très longtemps, mes amis et moi-même avons décidé de répondre à vos parutions, lorsque nous le jugerons bon, en vous écrivant directement en votre qualité de responsable du parti socialiste local, auteur des dits documents.

Les lettres que vous recevrez dorénavant seront des lettres ouvertes. Nous les publierons sur le site internet de la mairie et les transmettrons à la presse et aux différentes personnes intéressées.

Ainsi, seuls les habitants de la commune qui y portent intérêt pourront prendre connaissance de nos échanges épistolaires.

Dans votre dernier tract, vous vous offusquez de la position des élus majoritaires sur la colonisation. Nous avons relevé votre émoi avec surprise car penser que la colonisation n’a pas eu que des effets maléfiques ne nous semblent pas être un crime ni une honte.

Notre connaissance de l’histoire nous oblige à constater que les deux dernières guerres dans des colonies françaises (Indochine et Algérie) se sont déroulées sous des gouvernements de gauche et que c’est un gouvernement de droite qui a permis la paix des braves en Algérie.

D’ailleurs vos amis politiques l’écrivent noir sur blanc et on peut lire notamment dans le programme de la LCR « jamais le Parti Socialiste une fois au pouvoir n’a réellement remis en cause les racines de la société d’exploitation, quand il n’a pas volé à son secours jusqu’à l’infamie du soutien aux guerres coloniales »

Je me doute que toutes ces vérités historiques incontestables ne parviendront pas à modifier un comportement qui vous incite, pour des raisons économiques, à vous autoflageller, à demander pardon à tout l’univers, à fêter Trafalgar et à avoir honte d’Austerlitz.

Votre soutien aux délinquants et votre méfiance pour la police (municipale ou nationale), fait également partie de ce comportement plein de renoncement et de rejet de nos valeurs et de notre culture.

En ce qui concerne la deuxième partie de votre tract, il repose, pour introduire une note humoristique dans ce courrier, sur le syllogisme suivant :

- tous les lepénistes portent un pantalon,
- Kelyor porte un pantalon
- Kelyor est lepéniste.

Comme je n’ai nullement l’intention de m’habiller en kilt, je pense que vous pourrez encore pendant de longues années utiliser ce raisonnement.

Lorsque j’écris qu’à midi il fait jour en France, et que des sites d’extrême droite reprennent cette information et affirment qu’elle est réelle, je n’ai pas l’impression pour autant de faire partie d’entre eux.

D’ailleurs il faudrait pour une fois que vous suiviez une certaine logique, car vous n’avez pas arrêté de préciser dans toutes vos correspondances en direction de la population que j’étais RPR puis que j’étais UMP, (en croyant sans doute que c’était honteux et déstabilisateur).

Je vous confirme donc ce que vous savez déjà : je suis UMP, je me trouve très bien dans ce parti qui me laisse une liberté totale de parole.

Je suis par ailleurs un gaulliste convaincu et je vous rappelle, pour en revenir à l’Histoire, que compte tenu du parcours de leur chef, aucun gaulliste ne peut être d’extrême droite et qu’aucun gaulliste n’a été médaillé de la francisque.

C’est pourquoi je m’interroge sur les partis de gauche dans leur ensemble et sur le votre en particulier qui prêchent tout et son contraire, et dont les idées sont rarement en phase avec la vie, les propos, la fortune de leurs adhérents.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KELYOR