DOSSIER : Intercommunalité

Lettre à M. RICART (19/04/08)

Date du document : 19 Avril 2008

Emerainville, le 19 avril 2008

Monsieur Michel RICART
Président du SAN
5 Cours de l'Arche Guédon - 77200 TORCY

Monsieur le Président,

Lors de la réunion du comité syndical du 17 Avril 2008, comité qui avait pour ordre du jour l'élection du président de l'intercommunalité et des 14 vices présidents, les élus de Croissy Beaubourg et d'Emerainville ont une nouvelle fois constaté, la politisation outrancière de cette instance.

Les membres du SAN qui devraient représenter leur ville, TORCY, LOGNES, NOISIEL, CHAMPS, ne représentent que le parti communiste, le parti socialiste, les verts.
Cette situation qui dure depuis plus de vingt ans, ne cesse d'empirer et la gauche du Val Maubuée se sert du SAN comme d'un instrument politique.

Ainsi, aucun des postes de vice président n'a été octroyé aux représentants de Croissy Beaubourg et d'Emerainville et leur participation au bureau syndical à même été réduite (sur demande des communistes) de deux conseillers pour chaque ville, à un seul.

Monsieur le Président, vous gérez le SAN comme une super commune dans laquelle il existerait une majorité politique qui aurait été élue démocratiquement par l'ensemble des habitants du Val Maubuée, et qui pour réaliser son programme, s'emparerait de toutes les rênes du pouvoir.

Mais le SAN n'est pas une mairie, les vices présidents ne sont pas des adjoints au Maire et chaque délégué au SAN ne possède aucune légitimité politique dans 5 communes sur 6. Quant à votre programme, aucun habitant du Val Maubuée n'en a eu connaissance et il n'a été  approuvé par personne.

Nous sommes bien loin de l'objet réel de l'intercommunalité qui est de regrouper des communes pour qu'elles réalisent, en commun, ce qu'elles ne peuvent faire seules, par manque de moyens.

Nous devrions être dans une intercommunalité de projets, mais dans un tel contexte, les villes participantes sont traitées sur un pied d'égalité, nonobstant leurs sensibilités politiques.
Les Croisséens et les Emerainvillois, qui ont confié en 1984 une partie des compétences de leur ville au SAN du Val Maubuée, n'entendaient pas, par ce don, se soumettre aux diktats d'élus d'autres villes, ni supprimer dans certains domaines tous pouvoirs à leurs propres élus.

Leur colère est grande de participer à un SAN,
-qui les a endetté considérablement sans que leurs élus n'aient été écoutés (plus de
20% du budget de fonctionnement consacré au remboursement de la dette)
-qui leur fait payer 4,93 € le m3 d'eau (pour une consommation moyenne) sans que vous soyez à même de fournir les explications légitimes que réclament leurs élus, et que vous refusiez à ces mêmes élus la possibilité de siéger au SIAM (Syndicat Intercommunal d'Assainissement de Marne la Vallée), pour des raisons incompréhensibles.
-qui verse des subventions démesurées à des associations, dans la gestion desquelles vous refusez la participation de leurs élus.
Dans le cas présent il ne s'agit même plus de sectarisme politique, mais de la volonté du PS, du PC, et des Verts, de refuser aux élus des deux villes du sud de l'A4 l'accès à certaines informations.

Il s'agit à l'évidence d'un déni de démocratie.

Vous comprendrez que dans ces conditions, une collaboration sérieuse est impossible.

Croyez que je déplore une telle situation, comme je déplore les discours d'un élu communiste de CHAMPS, qui passe son temps à nous insulter et qui se croit seul détenteur de la vérité, seul protecteur de la liberté, de l'égalité, de la fraternité et de la démocratie (ce qui, venant d'un communiste est assez « distrayant » ).

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées.

Un Elu d'Emerainville

Raphaël CUEVAS