DOSSIER : Les lettres à l'opposition

Lettre à M. DAURIAC (14/02/06)

Date du document : 14 Février 2006

Monsieur Jean-Francis DAURIAC
Conseiller Municipal
Mairie d'Emerainville
77184 EMERAINVILLE

Emerainville, le 14 février 2006

Monsieur le Conseiller Municipal,

Lecteur assidu des différentes revues municipales, j’ai relu avec attention la tribune du Groupe des Verts et Alternatifs (voir ci-dessous), signée par Monsieur Jean-François GUERRERO dans le magazine de Lognes de juin 2005.

Bien que ne faisant pas partie du même courant politique que lui, je me sens tout à fait en accord avec sa vision d’une opposition municipale et je me permets de soumettre son article à votre réflexion.

Je regrette sincèrement que cet élu ne soit pas Emerainvillois, c’est avec grand plaisir que nous aurions pu travailler avec lui.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Conseiller Municipal, l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KELYOR

 


Extrait du Magazine de Lognes (mai/juin 2005)

Groupe Verts-Alternatifs-Motivé-e-s

Pourquoi cet encart et non pas un écart ?

Elu par une partie de la population de notre ville, à laquelle je suis attaché et pour laquelle je travaille au sein du Conseil Municipal, je dis stop aujourd’hui aux propos de plus en plus absurdes que je lis de notre « Président de Groupe » et offensant pour le travail que j’effectue seul, tant au sein du Conseil que des commissions dont je suis en charge.

En effet, être dans l’opposition est une responsabilité de tous les jours et non pas une négation irresponsable lors d’un écrit ponctuel.

Mais pour cela, il faut en accepter la responsabilité et être présent lors des commissions et du Conseil Municipal afin de débattre avec l’ensemble des Conseillers Municipaux.

Pour faire entendre ma voix et celle des habitants qui nous ont amenés à notre poste, il m’a fallu me battre car il n’est pas simple de se faire entendre lorsque nous sommes minoritaires.

Mais ce stade est maintenant en grande partie dépassé et mon opinion et mes avis sont respectés par la majorité, même si à chaque jour suffit sa peine.

Oui, je vote les projets qui me semblent être favorables pour la population, mais je me bat aussi contre ceux que je ne trouve pas acceptable de mon point de vue et cela entraîne de vrais débats avec la majorité.

Les polémiques liées à des problèmes personnels ne m’intéressent pas.

Dans l’intérêt de tous, je REDIS STOP, car ce n’est pas un comportement infantile qui permet de faire avancer les solutions.

Jean-François GUERRERO