DOSSIER : Intercommunalité

Lettre à M. RICART (13/02/07)

Date du document : 13 Février 2007

Monsieur Michel RICART
Président du SAN
5, place de l’Arche Guédon

77200 TORCY

Emerainville, le 19 février 2007

Monsieur le Président,

J’ai bien reçu le projet de convention cadre du CUCS 3ème version, et bien évidemment, je ne peux qu’être d’accord avec ce projet qui n’est en fait, qu’un catalogue de bonnes intentions comme l’était du reste le contrat de ville dont le CUCS reprend à quelques nuances près, la totalité des objectifs.

Je ne peux cependant m’empêcher de faire les observations suivantes :

1°) dans l’introduction, il est indiqué : « Au cours des années, des actions structurantes ont émergé et la connaissance des besoins évolutifs du territoire s’est affinée ».
Il me semble qu’en 6 ans « d’apport du contrat de ville », il s’agit d’un minimum.

2°) « De par sa dynamique, le contrat de ville a renforcé un partenariat associatif et institutionnel privilégiant les complémentarités au service des habitants du territoire »
Je ne l’ai pas constaté à Emerainville

3°) « l’augmentation de 48 % entre 2004 et 2005, du nombre de faits de violence contre les personnes constitue une donnée inquiétante. Des bandes s’identifiant à des quartiers précis et se confrontant les unes aux autres parfois de façon grave, alimentent le sentiment d’insécurité »
Comment peut on parler de « sentiment d’insécurité », quand dans la même phrase, on indique une augmentation de près de 50 % des agressions ?
A partir de quel pourcentage peut-on parler d’insécurité réelle ?

4°) « les processus de dévalorisation des 10 quartiers identifiés et la spécialisation de leur population avec le départ des plus favorisés et le maintien des plus modestes n’ont pas encore été contrariés »
On ne peut que constater l’échec dans la résolution de cet objectif qui figurait déjà au contrat de ville, puisque celui-ci se fixait de « maîtriser et diversifier le peuplement et renforcer la prévention et la sécurité »

5°) « L’agglomération ayant atteint sa phase de maturité souhaite relever le défi de passer d’une ville nouvelle à une ville durable en tenant compte de ses spécificités. Devenir une ville durable signifie que tous les habitants du territoire puissent profiter de son dynamisme et y suivre une trajectoire de vie conforme à leurs souhaits, dans un environnement social et urbain les satisfaisant ».
Cela signifierait que dans le cadre de la ville nouvelle, ce n’était pas prévu.
Or le contrat de ville se fixait déjà les mêmes objectifs. On peut s’interroger sur les effets de la différence de statut.

6°) « Le CUCS du Val Maubuée utilisera les atouts du territoire dans son ensemble pour améliorer la situation des quartiers prioritaires. Il cherchera également à combiner les actions transversales aux communes à des réponses spécifiquement orientées sur certains quartiers»
????

7°) Peuplement des quartiers
Il est dommageable que les problèmes engendrés par la polygamie, entraînant la sur-occupation des logements et par voie de conséquence, la dégradation des habitations mais également du quartier ne soient même pas cités.

8°) « le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi . Son bilan étant positif au vu des objectifs initiaux, l’agglomération souhaite le maintien de ce dispositif »
Je vous rappelle qu’en ce qui concerne Emerainville, le dispositif avait prévu de placer 29 personnes, or il n’a permis de retrouver du travail qu’à 3 personnes (2 en CDI, et 1 en CDD)
A titre indicatif, dans la même période, le service municipal de l’emploi (1 seule personne) a trouvé du travail à 61 personnes (32 en CDD et 29 en CDI)

9°) Pour bien cerner ce dispositif, il est indispensable d’indiquer les moyens financiers dont disposera ce CUCS. Je vous remercie également de nous faire parvenir une fiche chiffrée par action.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués


Le Maire,

Alain KELYOR