DOSSIER : Tribunes Val Magazine

Tribune Val Magazine n°90

Date du document : 01 Avril 2005

LES BREVES DE L’OPPOSITION

1°) Les débats de la commission d'appel d'offres au SAN sont parfois hallucinants.
Ainsi le Maire de Torcy y a "massacré" plusieurs fournisseurs.
Le délégué d'Emerainville a refusé, compte tenu des circonstances, de voter la procédure qui lui paraissait suspecte.
Interrogé à nouveau lors du conseil syndical qui acceptait les conclusions de la commission d'appel d'offres, Monsieur CHAPRON a justifié son attitude par sa "très grande expérience" qui devrait sans doute lui permettre d'imposer ses vues.
Confucius disait que l'expérience est une lanterne qui éclaire derrière soi, les hommes de progrès du SAN devraient s'en rappeler et peut être faire preuve de plus d'humilité tout en respectant les lois de la république qui s'imposent même à eux.

2°) Le budget primitif comporte de graves lacunes dans les frais de fonctionnement, qui permettent de douter sérieusement de la sincérité des documents qui nous ont été présentés. C’est pourquoi nous avons voté contre.

3°) Nous attendons toujours une avancée significative du Plan de Déplacement Urbain. Le problème des transports dans le Val Maubuée est de plus en plus crucial, mais cela ne semble pas émouvoir le SAN.

4°) L’urbanisation de la Ferme de l’Amirault à Croissy Beaubourg est sérieusement compromise, ou du moins remise aux calandres grecques. En effet, le Tribunal vient de donner raison au Renard qui avait attaqué le projet.
Comment l’armée de techniciens professionnels de l’EPAMARNE et du SAN a-t-elle pu être mise en échec par des bénévoles d’une association environnementale locale ?

5°) Le SAN est une instance des Villes Nouvelles, crée pour gérer l’agglomération. Pourtant le SAN du Val Maubuée s’autorise à voter une motion antigouvernementale, (dont il est évident que le but est uniquement politique) concernant la Poste. Ceci confirme, si besoin était, ce que nous dénonçons depuis toujours : notre SAN est un organe inféodé aux partis de gauche. La politique s’y porte bien, mais malheureusement la gestion y est bien malade.

6°) Contrairement à certains de ses homologues, le SAN DU Val Maubuée refuse de confier des vice-présidences aux représentants des villes de droite. Les élus de ces communes sont considérées comme négligeables et doivent se contenter de quelques bribes d’information pour remplir leur mission.