DOSSIER : Gens du voyage

Lettre à M. VACHEZ (01/08/00)

Date du document : 01 Août 2000

77186 NOISIEL

Emerainville, le 1er aout 2000

Monsieur le Député,

J’ai pris connaissance avec attention du nouveau texte de loi concernant les gens du voyage, texte que tous les maires concernés attendaient avec impatience.

Or, si les dispositions que contient ce texte ne sont pas inintéressantes, je ne vous cacherai pas ma déception en découvrant qu’elles ne changeront rien aux nuisances qui touchent régulièrement les communes.

Pour avoir occupé pendant plusieurs années le poste de Président du SAN, vous ne pouvez pas ignorer les conséquences des implantations dont nous sommes l’objet et dont les principales victimes sont les entreprises et les habitants :

- entrave à l’activité économique
- coût des référés successifs qui ne servent à rien puisque les mêmes envahisseurs reviennent 8 jours après leur expulsion
- coût du nettoyage des lieux après leur départ
- dégradations, vols et larcins divers, enregistrés pendant leur stationnement et contre lesquels nous sommes tous impuissants
- perte de valeur des habitations et des locaux industriels, (et par conséquent perte de taxe professionnelle dûe aux nombreux départs d’entreprises)

Vous êtes conscient, j’en suis certain que si nous ne pouvons pas nous opposer légalement aux implantations sauvages, le Val Maubuée sera bientôt sinistré économiquement et il suffit, pour s’en convaincre, de recenser le nombre important de locaux industriels inoccupés.

C’est pourquoi je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’indiquer ce que la commission à laquelle vous participez à l’Assemblée Nationale envisage pour faire reconnaître que l’implantation sur la propriété d’autrui (personne morale ou physique) est un délit et qu’il soit punissable par la loi.

Dans l’attente de vous lire à ce sujet,

Je vous prie de croire, Monsieur le Député, en l’expression de mes sentiments distingués.

Le Maire,

Alain KELYOR