DOSSIER : Gens du voyage

Lettre à M. RICART (20/07/00)

Date du document : 20 Juillet 2000

Monsieur Michel RICART
Président du SAN

77200 TORCY

N/REF. AK/CM

Emerainville, le 20 juillet 2000

Monsieur le Président,

Par courrier du 30 mai dernier, vous me demandiez de bien vouloir mettre en œuvre le plus rapidement possible les moyens nécessaires à l’enlèvement d’un chien devant l’aire d’accueil des gens du voyage, afin qu’aucun problème de salubrité publique n’intervienne .

A mon tour, j’aimerais porter à votre connaissance les faits suivants :

Vos services ont « nettoyé » l’entrée de l’aire d’accueil la semaine dernière. Le terme « nettoyé » est sans doute un peu exagéré, dans la mesure où leur intervention n’a consisté qu’à enlever les objets entreposés par des personnes peu scrupuleuses.

Toutefois, il restait, entre autres choses, une carcasse de voiture brûlée qui doit être désormais là depuis près d’un mois.

Quelques heures après, ce site était de nouveau transformé en décharge sauvage et aujourd’hui son aspect est simplement repoussant.

Bien évidemment, il est difficile d’empêcher le dépôt de gravats et autres ordures, mais « la saleté appelant la saleté », peut être serait-il efficace de nettoyer les abords de ce camp une bonne fois pour toutes.

En effet, tant que cet endroit, (même lorsqu’il vient d’être déblayé), ressemblera à un terrain vague, je ne pense pas qu’il dissuadera quiconque.

Même après le passage de votre service de nettoyage l’aspect en est rébarbatif : papiers, pierres, herbes folles, terre amassée n’importe comment. Dans un premier lieu, par respect des habitants du camp il me semblerait logique de l’améliorer.

Dans un second temps, il est extrêmement désagréable pour tous les passants (et principalement pour les émerainvillois qui se rendent de Malnoue au Centre ville), qui s’arrêtent au « stop » du boulevard du Clos de l’Aumone, de n’avoir à longueur d’année, pour seul horizon qu’un tas d’ordure permanent.

En conséquence, je vous remercie de bien vouloir intervenir auprès des services concernés pour leur rappeler qu’il s’agit d’un lieu d’habitation, que l’entretien leur en incombe et que les habitants d’Emerainville n’ont pas à subir des atteintes à l’environnement et au cadre de vie en raison de leurs carences.

Dans l’attente d’une prompte intervention,


Je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes sentiments les plus distingués.


Le Maire,


Alain KELYOR